Arles : une ville d’art et d’histoire aux portes de la Camargue sauvage

© Pixabay

Aux portes de la Camargue, s’ouvre l’un des plus beaux espaces naturels d’Europe. La rencontre de deux natures sauvages et intemporelles formée par le delta du Rhône. Une zone marécageuse naturelle à la biodiversité exceptionnelle, domaine des animaux, des taureaux et des chevaux, une terre de passion et de passionnés baignée par deux cultures et deux régions différentes, dont la ville d’Arles, surnommé « la petite Rome » en est le berceau.
Le caractère unique et rare de cette région en fait une destination de choix dans l’organisation de voyage sur-mesure.


Pourquoi visiter Arles ?


Installée paisiblement sur les deux rives du Rhône, baignée du soleil méditerranéen est un livre ouvert sur plus de 2500 ans d’histoire. Inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1981, cette cité dont les restes antiques sont d’une incroyable beauté et souvent immortalisée par les plus grands peintres font d’elle, une escale incontournable de votre croisière.

Histoire de la ville d’Arles

Carrefour stratégique entre l’Espagne et l’Italie, Arles de par son accès fluvial devient dès le début du VIe av. J-C une zone convoitée par les Grecs qui s’installent rapidement en territoire ligure. 


En 46 av JC, après sa victoire sur Marseille, César, l’empereur romain, remercia les Arlésiens pour leur aide. En cadeau, il fonda une colonie de droit romain nommée Julia Paterna Arelate dont le nom vient du latin ar qui signifie « éminence rocheuse » et lath « marais ». Cette cité construite sur un rocher dominant la rive gauche du Rhône devient très rapidement prospère. Elle s’enrichit de magnifiques monuments (Temple, théâtre, forum, cirque, thermes…Etc) et devient l’une des cités les plus envié de l’empire. 


Pendant le moyen-âge, la ville connaît les épidémies de pestes, les guerres incessantes et les invasions barbares. Ce sont des siècles de déclin qui poussent les Arlésiens à se retrancher dans l’amphithéâtre qui devient alors une forteresse.


Vers la fin du Xème siècle, la paix revient et la ville retrouve progressivement une certaine prospérité. De nouveaux quartiers voient le jour comme « le vieux bourg », le quartier de la roquette ou encore le bourg neuf.


En 1178, l’empereur Frédéric Ier de Souabe (Frédéric Barberousse), se fait couronner roi d’Arles dans la cathédrale Saint-Trophime. C’est toute l’économie qui se transforme. De nombreux monuments religieux sont bâtis et de grands domaines agricoles sont créés. C’est une nouvelle couche de la société qui voit le jour. Les riches propriétaires se font construire de sublimes mas regroupant maisons d’habitations et bâtiments agricoles. La ville d’Arles est alors un ensemble de villages et de hameaux. 


Du XIIIème siècle au XVIème, la ville se dotera d’une enceinte qui enserre la ville. Le siècle suivant, elle deviendra le lieu de résidence de l’aristocratie. La ville subira quelques transformations et donnera à Arles son image actuelle.

Les atouts majeurs de la ville


Arles est un véritable voyage dans le temps. Aujourd’hui ancrée dans la modernité, elle saura, en l’espace d’un après-midi, vous transportez dans l’antiquité. 


Arles tournée vers le passé


Le cœur de la cité antique est une tranche d’histoire à ciel ouvert qui se vit et se ressent au détour de chaque ruelle. Vous pourrez ainsi découvrir plus d’une centaine de monuments tous classés monuments historiques.


Le plus connu est sans conteste l’amphithéâtre antique, bâti au Ier siècle av JC et plus connu sous le nom des « arènes d’Arles » qui accueille aujourd’hui des spectacles taurins. 

© Pixabay

Souvent confondu avec l’amphithéâtre, le théâtre antique qui se situe à l’ouest des arènes, fut construit au 1er siècle avant JC par l’empereur Auguste. Ses cryptoportiques, des galeries souterraines datant de 30 à 20 avant JC sont réellement impressionnantes !

©.Wikipedia


Non loin, au Sud-est de la ville, à l’endroit-même où se trouve le départ d’Arles pour les pèlerins de Compostelle, prenez le temps de poursuivre votre visite vers l’église St Honorat, gardienne de l’une des plus grandes et prestigieuses nécropoles d’Europe « les alyscamps dont l’allée de sarcophage contient des exemplaires grecs.


Continuez votre parcours en direction du portail sculpté de l’église de St Tophime évoquant le jugement puis visiter son église et son cloître bâtis au XIIème siècle. Ils ont comme particularité la sobriété de la nef qui contraste avec le cœur gothique et ses sarcophages paléo-chrétiens. 

Depuis la terrasse du cloître, vous pourrez observer l’impressionnant clocher Roman 

Les thermes romains de Constantins construits au IVème siècle après JC et dans lequel on y trouve les vestiges des salles tièdes (tepidarium) et chaudes (caldarium), d’une piscine et des hypocaustes qui servaient à faire circuler l’air chaud sous le sol.


Arles tournée vers l’avenir

À l’instar de cette première facette de la ville ancré dans le passé, la seconde est tournée vers le futur. De grands noms de l’architecture moderne sont à l’origine de plusieurs grandes constructions de la ville. 

Les bâtiments les plus avant-gardistes sont :

Le centre hospitalier Joseph Imbert

Réalisé par l’architecte Paul Nelson, l’espace Van-Gogh qui propose de nombreuses expositions temporaires mais dont la nature principale est de rendre hommage à l’œuvre de l’artiste qui résida sur la commune entre 1888 et 1889.

Le Musée départemental de l’Arles antique crée par Henri Ciriani est un établissement au sein duquel on peut admirer le buste de César, mais également un chaland Romain, noyé dans les eaux du Rhône jusqu’en 2010. Ce bateau d’une longueur de 31 mètres est considéré comme le mieux conservé au monde. 

©.Davis Wheeler


Arles terre de culture et de traditions.


À la croisée de la Provence et du Languedoc, Arles, est une terre de culture et de traditions, un savant mélange qui ne peut vous laisser indifférent.
Les festivités font partie du mode de vie provençal et s’égrènent tout au long de l’année. Vivez l’engouement des Arlésiens lors de la féria pascale en avril, des rencontres internationales de la photographie en juillet, Arelate un festival dédié aux combats de gladiateurs en août, la fête du riz en septembre ou encore drôle de noël en décembre.

 
Le dimanche matin, venez redécouvrir les odeurs et le goût du terroir dans le plus grand marché de Provence. Vous tomberez sous le charme de sa langue encore utilisé par les anciens.


Enfin, pour les amoureux d’art, prenez le temps de suivre le circuit Van Gogh qui pendant son séjour arlésien réalisa plus de 300 œuvres en l’espace de 15 mois. La promenade vous guidera au fil des tableaux de l’artiste et vous mènera à son point d’orgue : la place du forum. Ce lieu, chargé d’histoire, est l’endroit même où Vincent Van Gogh devint célèbre avec son tableau « Terrasse du Café, le soir ». 

Autres lieux et attractions à Arles et ses environs

Les monuments historiques
Les Thermes romains de Constantin | Les vestiges du cirque romain
Maisons et Hôtels particuliers du XVIe et XVIIe siècles
Hôtel de ville du XVIIe | Hôtel de Chartrouse XIXe | Archevêché
Chapelle de la Charité | Chapelle de Trinitaies | Chapelle Saint marin du Méjean
Eglise des Dominicains | Eglise Notre-Dame-de-la-Major | Eglise Saint-Blaise
Eglise Sainte-Anne | Eglise Saint-Honorat | Eglise Saint-Jean-de-Moustiers
Eglise Saint-Julien | Enclos Saint-Césaire |
Fontaine Amédée Pichot | Palais des Podestats |
Tour de l’horloge, des Mourgues, de la Cavalerie, de l’Ecochoir et les remparts
La léproserie Saint-Lazare  | La commanderie de Sainte-Luce | Les Ateliers SNCF|L’abbaye de Montmajour

Les musées d’Arles :
Musée Reattu
Musée de la Camargue
Musée Arlaten
Musée du Riz
Musée du Sel à Salin de Giraud et son petit train

Nature & Jardins à Arles

Jardin d’Été, Arles
Hortus parc et jardin, Arles
Domaine de Méjanes                                               
Parc et Jardin, Arles
Domaine de la Palissade, Arles

A faire pour une visite réussie

Vous rendre au bord de l’Étang de Vaccares
– Observer les Flamands roses qui viennent s’y alimenter de petites crevettes roses et dont la population peut atteindre les 30 000 individus l’été
– Faire une balade à cheval sur les sentiers de l’étang
– Une promenade au cœur du parc ornithologique du Pont de gau qui vous permettra de serpenter au milieu des marais
– Visiter une manade et découvrir les manades et leurs Gardians
Visiter des villages comme le village médiéval des baux de Provence classé « plus beau village de France » ou encore le village de St Rémy de Provence qui inspira Vincent Van Gogh dans quelques-unes de ses toiles comme « l’iris » ou « l’asile St Paul ».

Quelle est la meilleure période pour visiter ce lieu ?

Arles, porte d’entrée de la Camargue bénéficie d’un climat de type méditerranéen qui se caractérise par des étés chauds, des hivers doux et des intersaisons ensoleillées. 
À mon sens, les périodes les plus propices pour visiter cette ville d’art et d’histoire s’étalent entre mi-avril et fin octobre soit des vacances de Pâques aux vacances de la Toussaint.

Au printemps et en automne

En intersaison, profitez pleinement des richesses de cette ville dans une ambiance calme et paisible. 


Au printemps : pour les amoureux de nature, faire une escale en Camargue, c’est la possibilité de voir une grande variété de paysages et de vous promener sur les sentiers au milieu des champs de lavande en fleurs.
Le 1er mai, participez à la première manifestation festive de l’année avec la « Fête des Gardians ». Elle se compose d’un défilé de gardians à cheval puis de l’élection de la reine d’Arles. La journée se termine par un grand spectacle, aux arènes d’Arles, où les gardians et leurs montures rivalisent d’audace et de dextérité.

En automne : c’est l’opportunité de pouvoir observer les grandes migrations. En effet, juste avant l’hiver les flamants roses revêtent leurs plus belles plumes pour se préparer à leur parade nuptiale. C’est un véritable spectacle ! 
Enfin, chaque année, le premier week-end de septembre, en pleine récolte du riz, Arles vit au rythme de cette céréale qui fait partie intégrante de l’économie locale. Les « fêtes du riz » s’organisent autour d’un corso riche en couleurs, mais aussi fidèle aux traditions de ce pays d’Arles auquel tous sont fortement attachés. 


L’été : pour les amateurs d’art et de musique, se déroule le festival de musique du monde « Les Suds à Arles ». À l’occasion, pendant la deuxième quinzaine de juillet, de nombreuses festivités et animations se déroulent régulièrement dans les rues de la ville.

Renseignements pratique

Comment venir à Arles :

* En train
– Gare TGV Arles (accès pédestre du centre-ville en 10min)- Gare TGV Avignon
– Gare TGV Nîmes (25min)
– Il faut 4 h pour un trajet en TGV Paris-Arles

* En avion
– Aéroport Marseille Provence (45min)
www.marseille.aeroport.fr ou www.mp2.aeroport.fr
– Aéroport Montpellier Méditerranée (45min)
www.montpellier.aeroport.fr

* En voiture                                                                                                                                                                    – Autoroute A9 et autoroute A7

* En bateau                                                                                                                                                                                                      
Escale fluviale : Arles

Plan de la ville d’Arles à télécharger : https://www.arlestourisme.com/fr/assets/pdf/organiser/plan_arles.pdf

Office de Tourisme d’Arles
Adresse postale : 12 boulevard Emile Zola, 13200 Arles
Accueil : boulevard des Lices, 13200 Arles
Téléphone : 04 90 18 41 20
Site internet : https://www.arlestourisme.com